Articles avec le tag ‘carte conceptuelle’

Carte conceptuelle, carte mentale, carte heuristique (mindmap en anglais) : une (autre) façon de travailler, en usage depuis longtemps, mais à mon sens pas encore suffisamment dans les écoles, collèges, lycées et même à l’université ou dans les centres de formation.

C’est quoi ?

C’est une façon de mettre en forme, pour soi et/ou pour les autres la présentation d’un concept, d’un processus, d’un projet : on part d’un « noeud central » et on lui ajoute des sous-noeuds, reliés par des branches. On peut établir des liaisons entre les noeuds ou sous-noeuds, en plus des branches tracées automatiquement, on peut regrouper des noeuds ou sous-noeuds, leur adjoindre des icônes, des images, des liens etc…

Un exemple : définition du mindmapping
( source : Matthieu Polet – la carte heuristique expliquée à mon chef )
Modification 02.04.2012 : le site www.mapping-experts.fr n’existe plus… retrouvez Matthieu Polet sur Twitter ici : https://twitter.com/#!/eurekamap )

Cliquez pour agrandir

Une carte conceptuelle : pour quoi faire ?

  • Pour présenter à un auditoire (étudiants, stagiaires, collaborateurs…) une notion, un concept, un processus, un projet : tout ce qui peut se présenter sous la forme d’un « arbre » ou d’une « carte », avec des embranchements. En général les outils vous proposent plusieurs structures ; il est en général possible de partir d’une carte minimale, puis de déployer les branches au fur et à mesure de la présentation. On peut ainsi, sur une même carte passer du général au particulier (ce que ne peut pas faire aussi bien Powerpoint par ex., qui a une structure linéaire dans le temps et propose difficilement ce passage d’une vue générale à une vue détaillée et vice-versa).
  • Pour faire travailler un groupe (étudiants, groupe de travail) sur une notion, un concept, un processus, un projet : structurer une carte permet de décortiquer et structurer la notion, le concept, le processus, le projet ; cela favorise à la fois la recherche d’exhaustivité (évoquer tous les aspects), de structuration (rechercher et caractériser les liens entre les différents aspects) et de synthèse (recherche de lisibilité)
  • Pour une prise de notes structurée : si on maîtrise bien l’outil (et ce n’est pas hypercompliqué), on peut construire la carte « à la volée » lors d’un brainstorming, par exemple ; en fin de travail, chacun ayant la carte sous les yeux pourra la discuter, la valider ; la carte constituera une excellente trace de la discussion ou de la prise de décision.
  • et bien d’autres usages : voir sur cette page web 27 façons d’utiliser les cartes heuristiques

Des outils :

Papier et crayons de couleur, tableau et craies ou feutres, bien sûr, mais il existe des outils informatiques gratuits et puissants.

J’en citerai trois :

  • Freemind : l’ancêtre ; puissant mais pas très « fun » et graphique
  • Freeplane : issu de Freemind, il semble prometteur (mais je ne l’ai pas encore vraiment testé)
  • XMind : celui que j’utilise personnellement et pour lequel je vous ai préparé un tutoriel

Voir mon tutoriel XMind

Pour aller plus loin :

Des sites ou blogs spécialisés sur la question (liste non exhaustive) :

Sites sur les logiciels et sites officiels des logiciels

TUTORIEL VIDEO : les bases de XMind

Voir le tuto

Un exemple de carte réalisée avec XMind

Voir la carte (partagée sur le site xmind.net – téléchargeable / toutes les fonctions ne sont pas actives sur la version en ligne –> si vous possédez XMind, téléchargez-la)


Le tutoriel et la carte exemple sont sous licence Creative Commons